tamponades | autour de Prévert

La représentation du corps (nu, habillé, caché, avec attributs...) est une façon pour moi de réfléchir sur l'icône, l'image de la femme (souvent), de l'homme (parfois), des icônes sacrées (les saints, les stars...). Idéalisée, réaliste, surréaliste..., l'icône devient alors grâce au tampon, un motif qui peut se reproduire.
Dans la plupart de mes expositions, je présente en plus des tamponades, le tampon de linogravure. Ceci pour deux raisons. D'une part il me semble important de montrer ce qu'est l'origine de l'image produite par l'impression.
D'autre part, comme j'utilise un linoléum industriel (dont le but est d'être posé au sol !) de couleur blanche, les traits de la gravure apparaissent très nettement. Le tampon est pour moi un objet d'art à part entière dont j'aime la plasticité.